Zéro déchet de Béa Johnson

zero dechet de bea johnson
3 étoiles

Quatrième de couverture

Béa Johnson nous explique comment elle et sa famille ont maintenu leur style de vie tout en ne produisant quasiment aucun déchet. Ils ont réduit leurs dépenses annuelles de 40 %, et n’ont jamais été en aussi bonne santé, à la fois physiquement et émotionnellement.
Elle nous donne des centaines de trucs faciles pour une vie respectueuse de l’environnement qui, même pour les plus occupés d’entre nous, sont simples à appliquer.
Sa devise (et seulement dans cet ordre) : « refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter »

Plus d’une centaine d’outils et astuces :
Pourquoi mettre une brique dans le réservoir d’eau des toilettes ? Comment faire son mascara, sa laque ou son dentifrice ? Comment fabriquer sa propre moutarde, emballer le déjeuner des enfants sans utiliser de plastique, avoir une alimentation saine et sans gâchis, créer ses produits d’entretien et éviter tous les toxiques, refuser les pubs intempestives dans la boîte aux lettres, faire son papier recyclé ou son compost ?

Mon avis

J’étais curieuse de savoir comment Béa Johnson en était à Zéro déchets. En vérité c’est un litre de déchets (non recyclé/composté) par an pour une famille de 4. J’avoue que j’étais sceptique. Elle explique bien sa démarche dans son livre. C’est intéressant. Surtout qu’elle parle aussi de ses extrêmes et de certaines de ses erreurs : Comme lorsqu’elle a commencé à aller en forêt chercher de la mousse pour remplacer le papier toilette :). Certaines de ses solutions sont trop extrêmes pour moi, mais dans le lot je trouve qu’il y a pas mal de bonnes idées qui sont applicables au quotidien.

Si vous vous intéressez déjà beaucoup au sujet des déchets, je pense que vous n’apprendrez pas grand chose dans ce livre. Il s’agit surtout d’idées assez évidentes. N’empêche que ça fait toujours du bien de se prendre une piqûre de rappel.

Sa grande idée est axée sur 5 critères,

  • « REFUSER »  : Le premier et presque le plus important est de refuser les emballages inutiles (les sacs à la boulangerie, à la pharmacie), les produits dont nous n’avons pas besoin même s’ils sont gratuits (le stylo gratuit, les échantillons). Pour palier il vous suffit d’avoir avec vous des contenants réutilisables : Sac en tissus, bocaux, boites en verre.
  • Ensuite il faut « RÉDUIRE » Réduire sa consommation au quotidien en n’achetant que ce dont nous avons besoin mais aussi et surtout se séparer des objets dont nous n’avons pas besoin. Elle prône la simplification et le minimum (pas de superflue chez elle).
  • Il faut  « RÉUTILISER » : les habits abîmés peuvent finir leur vie en chiffon par exemple. Pour les vêtements, les acheter de seconde main est une excellente initiative.
  • Il faut « RECYCLER » : les matières recyclables sont à privilégier  : le bois, le carton, le verre. Le plastique est à proscrire et bien sur le bois emballé dans un plastique c’est pas bien 🙂
  • et enfin « COMPOSTER » :  le compostage pour toutes les matières qui peuvent l’être permet de diminuer le poids de votre poubelle « tout venant ».

J’ai la chance d’habiter dans une commune qui a mis en place le paiement des poubelles en fonction du nombre de fois que nous sortons notre bac. Pour nous aider dans la diminution de la poubelle grise, un nouveau ramassage (gratuit) des déchets organique est effectué chaque semaine, pour le reste, charge au consommateur de faire des efforts. Malheureusement la quantité de nos poubelles grises est encore bien trop importante mais grâce a ce genre de livre j’ai bon espoir de les diminuer et puis dans quelques mois nous ne parlerons plus des couches de mimi!

Je vous mets deux petites vidéos de reportages qu’elle a tourné :


Ou l’acheter ?

Vous le trouverez chez votre libraire ou sur Amazon : Zéro déchet

Et vous? Quel est votre relation avec vos déchets? Connaissiez vous Béa Johnson? Avez vous d’autres ouvrages sur le sujet à proposer?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  1. cleanettte Répondre

    J’en avait déjà entendu parlé. Pour ma part je suis assez admirative car tout cela réclame inévitablement des efforts supplémentaires. Je ne suis même pas capable d’utiliser mon composteur tout cela parce qu’il faut que je descende au jardin et que c’est toujours un peu de temps et d’énergie en moins. Remarque que si on été limité en quantité de poubelle j’y viendrais bien plus facilement. Je ne regrette pas le moins du monde les économies qu’on fait en se chauffant au bois alors que cela réclame aussi quelques efforts bien réels.

    • TitVal Auteur de l’article

      Je comprends tout à fait ton avis. Moi même l’hiver se j’ai plus de mal à aller au compost!
      Par contre comme on a une poubelle biodechet avec des sacs biodégradables je l’utilise un peu plus que voulu. Mais c’est lieux que de mettre dans la poubelle grise.

      Oui le chauffage au bois c’est un super pas.
      Nous on réfléchi à changer notre chaudière par une à pelet. J’espère trouver une solution pas trop onéreuse.

      En être conscient c’est déjà une étape. Essayer de diminuer c’est chouette.

Un petit mot?